EJ & Band, Zénith de Caen le 21 juin 2013 :

ON S’ETAIT DIT RENDEZ-VOUS DANS DIX ANS

Force est de constater, au fil du temps, que les concerts d’Elton John en France semblent suivre un cycle. En 2003, les dates passaient par Nîmes, Caen et Paris Olympia en fin d’année.

Après nous avoir gratifiés d’un show unique, dans les arènes de Nîmes en 2012, cette année, il repasse par Caen (pour les vingt ans du Zénith) et fera l’Olympia (pour 3 dates !) en décembre (les 9,10 et 11) ! En plus de Paris, il donnera des concerts à Saint Malo du Bois dans le cadre du Festival de Poupet le 3 juillet, à Carhaix dans celui du prestigieux des « Vieilles Charrues » le 19 juillet, et Carcassonne le 23 juillet ; sans oublier Monte-Carlo au Sporting Club le 24 juillet.

Vendredi 21 juin 2013, première des 6 dates françaises.

La tournée européenne a débuté, de manière triomphale, à Morat en Suisse quelques jours plus tôt ! Elle s’est poursuivie par deux dates en Autriche à Vienne et Salzbourg (ville de l’illustrissime MOZART) les 18 et 19 juin.

Durant la journée de repos, la troupe des musiciens a rallié tranquillement la côte normande et profité pour faire une petite escapade gourmande à Cabourg !

Ce vendredi 21 juin 2013, c’est l’arrivée de l’été mais en France, c’est surtout le jour de la traditionnelle fête de la Musique, instaurée par le Ministre de la Culture de l’époque, Monsieur Jack LANG.

Ne pouvait-on pas rêver mieux, en tant que fan d’Elton, de pouvoir faire la fête avec lui ? Pour le Zénith de Caen qui fête cette année ses vingt ans d’existence, ç’est un coup de maître !

                                                                        

            A l’extérieur, le temps est maussade, frais ; rien à voir avec ce que l’on est en droit d’attendre à cette saison ! Typiquement normand diront certaines mauvaises langues !!! Cruel dilemme pour se vêtir ! Il faut trouver un compromis ! J’emporte tout de même un vêtement de pluie au cas où ?

            Non sans quelques frayeurs mécaniques avant de prendre la route, j’arrive tranquillement sur le parking du Zénith à 16 h 30. A cette heure, tout est encore étrangement calme et… désert !

            Fidèle à mon habitude, je pars en « repérage » en faisant le tour de l’enceinte, espérant dénicher une info, une affiche, une porte entre-ouverte  ou je ne sais quoi d’autre !

            Si ce n’est la présence des semi-remorques parqués dans l’arrière cour, rien ne semble indiquer qu’il y a un concert d’Elton John ce soir ! Pour venir régulièrement dans la région, je peux confirmer qu’il n’y eu aucune promotion ces derniers mois. Le temps où l’on pouvait collectionner les affiches et flyers semble bien révolu (pour le cas Elton en tous cas !).

            A l’occasion de ce concert, je fais la rencontre de deux sympathiques fans avec lesquels je corresponds sur Facebook : Cathy et Jérôme.

            Il est 17 h 40 lorsqu’à l’agitation environnante, à l’autorisation différée d’accès à l’entrée des artistes pour les personnes autorisées, on devine qu’il va se passer quelque chose d’imminent !

            En effet, quelques minutes plus tard, s’en suivent trois vans noirs aux vitres teintées qui pénètrent dans l’enceinte de l’établissement ! En sortent les musiciens du groupe, dont on reconnaît aisément John Mahon et Kim Bullard, très chiquement vêtus! Tirant leurs valises à roulettes, ils s’engouffrent rapidement dans le Zénith pour regagner leurs loges.

            Elton lui, est probablement là depuis quelques temps déjà ! Un des vigiles nous affirme qu’il est en train de se reposer ! Info ou intox ? Probablement vrai malgré tout !

            18h 30 : les spectateurs commencent maintenant à arriver en flot continu depuis les diverses voies d’accès. Chacun essaie de retrouver quelques connaissances : d’autres fans, des amis, des proches !

            Aux alentours de 19h, soit près d’une heure encore avant le début du spectacle, je pénètre dans la salle, pour rejoindre ma place et être au chaud !; La scène baigne dans une douce pénombre bleutée accompagnée de spots lumineux jaunes éclairant le clavier du piano.

            Quasiment vide à mon entrée, elle se remplit petit à petit.

J’aperçois Marie-Christine et Giorgio, fidèles habitués du premier rang du bloc gauche ! Cathy elle, est placée un rang devant moi mais à l’autre extrémité du bloc ; à droite, moi complètement à gauche. Je me ravis de ma position car je sais que je n’aurai aucune difficulté à jaillir au moment du grand rush vers la scène !

19h50 : Une voix off retentit « Mesdames et Messieurs, Sir Elton John avait promis de revenir pour les 20 ans du Zénith, il a tenu sa promesse. Il sera sur scène à 20 h 05 »

A cet instant, on senti une accélération du rythme. Il restait encore moult personnes à placer. Les placeurs se sont multipliés et ils n’eurent plus une seconde de répit ; Je les voyais courir, essayer de reprendre tant bien que mal leur souffle !

                                                                                

20 h 05 exactement, la salle s’éteint sous les ferveurs du public, laissant juste deviner les musicien monter sur scène et rejoindre leurs emplacements et instruments.

Quelques petites secondes de flottement, le temps que tout le monde soit prêt.

Nigel Olson, le batteur originel du groupe, avec ses baguettes, donne le signal au groupe !

Soudain, sous les rifts d’un John Jorgenson (remplaçant au pied levé, un Davey Johnstone récemment opéré de l’épaule), tout s’éclaire et c’est parti avec « THE BITCH IS BACK ». Drôle de titre pour dire qu’Elton John is back in Caen !!! Mais c’est un titre terriblement efficace, souvent joué en fin de concert pour le « bouquet final » !

                                                                                 

D’entrée de jeu, le ton est donné !

Quelques petites secondes plus tard, Elton jaillit de sa loge, située juste à côté de la scène. Il se précipite vers l’escalier, monte avec la vivacité et l’ardeur d’un jeune homme puis commence à invectiver la salle en parcourant la scène !

Il porte ce soir, un somptueux costume scintillant bleu, une chemise en soie bleue et des petites lunettes assorties (ce ne sont toutefois pas les mêmes qu’il arborait au concert de Morat). Je m’attendais à ce costume car il le porte souvent ; même si personnellement, je l’aime mieux en noir ou en rouge ;

                                         

Il s’installe à son piano et là, c’est réellement parti pour, on le saura à la fin, 2 h 35 de show intense !

Il enchaine avec « BENNIE AND THE JETS ».

Il s’adresse au public de Caen, dans un français impeccable, sans aucune hésitation et sans chercher ses mots ! De nombreuses fois au cours du concert, il nous parlera français, chose qu’il avait perdu l’habitude de faire lors des shows français précédents.

Il est souriant, joueur (combien de fois balancera-t-il à ses musiciens des petits glaçons ? De nombreuses fois ! John Mahon fit signe qu’il avait froid aux mains !!!)

                                               

Il se remémore qu’il était là pour les dix ans du Zénith, qu’il est là pour les 20 ans et se pose la question, tout en faisant une mimique et se croisant les doigts, pour les 30 ans ?

« GREY SEAL » a refait son apparition depuis les derniers concerts autrichiens.

Trois titres de l’album MADMAN ACROSS THE WATER : « LEVON » (un des prénoms de son fils Zachary), TINY DANCER (qui souleva l’enthousiasme d’un fan situé non loin de moi !) et HOLIDAY INN (où il nous expliqua, en français, qu’il y resta 15 jours durant au début de sa carrière aux Etats-Unis).

« LEVON » sera un des titres de folie du show (près de 8 minutes si ma mémoire ne me fait pas défaut !). Un Elton partant dans des délires pianistiques dont lui seul a le secret !

                                                                        

Le titre suivant est « BELIEVE » de l’album MADE IN ENGLAND. Une chanson très vraie pour lui en tous cas nous admit-il !

S’en suivent respectivement: « MONA LISA AND MAD HATTERS », « PHILADELPHIA FREEDOM »

Aux premières notes de “CANDLE IN THE WIND” un grand vent d’émotion parcouru la salle ! Curieusement, je trouve que l’évolution qu’il en fait la dessert. J’aimais mieux la version des concerts solos de 1976.

« GOOD BYE YELLOW BRICK ROAD » connaît un réel succès également !

                                                    

Puis, vient le moment de l’illustre et incontournable « ROCKET MAN ». Un morceau qui a connu bien des évolutions (en concert) au fil des ans.

Depuis quelques mois, il nous gratifie de somptueuses improvisations en piano solo au niveau de l’intro. Là encore, celle qu’il nous joua vendredi soir était d’une beauté « sensuelle ». Chaque note semblait être délicatement  effleurée! Puis soudain, il casse le rythme, il accélère, il ralentit de nouveau, un chef d’œuvre !

Ce qui est bluffant c’est de le voir opérer. Il boit une petite gorgée, balance deux trois glaçons, s’assoit tranquillement et il se met à jouer et déroule !!! Cela me donne toujours l’impression qu’il ouvre une vanne et que tout coule de source ! Un génie !

                                                                   

Le morceau est tout de même bien raccourci car, s’il a ajouté une intro, il a éliminé le final ! Un peu dommage quand même ! Si avant, on frisait continuellement les 13-14 minutes ; maintenant le tout est ramené à 10 minutes environ ! Il est vrai que c’est peut-être la bonne longueur car il faut avouer que 14 minutes étaient peut-être un peu longues ! L’attention s’échappait inévitablement

« J’ai un nouvel album qui arrive en septembre et qui s’appelle THE DIVING BOARD »

Avec ces quelques mots prononcés, l’espoir d’entendre une exclusivité de ce nouvel album, depuis si longtemps annoncé et reporté, était légitime et suscitait soudain, un intérêt accru !

Malheureusement, notre espoir fut de courte durée car il se ravisa rapidement et confirma, s’il en était encore besoin, qu’il ne le jouerait pas avant septembre.

Il enchaina, pour rebondir, sur un titre du dernier album avec Léon Russel THE UNION. « HEY AHAB ». Un titre réellement efficace, fait pour la scène et qui démontre qu’Elton sait encore écrire des titres bien rythmés ! La puissance vocale des chœurs est magistrale !

                                       

Petit retour au calme avec « I GUESS THAT’S WHY THEY CALL IT THE BLUES”. Ce n’est pas un titre que j’affectionne particulièrement mais je dois avouer qu’il en a très bien retravaillé la fin.

La salle s’éteint de nouveau et retentissent aussitôt les premières notes de « FUNERAL FOR FRIEND/LOVE LIES BLEEDING ».

Durant de nombreuses années, ce titre fit les beaux-jours des ouvertures des shows d’Elton. Depuis quelques tournées, il est intégré en tant que transition entre les deux parties du concert. Toujours somptueux !

On continue sur un rythme endiablé avec « ALL THE YOUNG GIRLS LOVE ALICE » qui se termine par un surprenant grincement de pneus de voitures !

                                                           

Il enchaine toujours avec « SAD SONG », « DANIEL » ET « SORRY SEEMS TO BE THE HARDEST WORD » qui, une nouvelle fois, soulève les clameurs et les applaudissements de la foule. Un titre qui lui rappelle toujours la France où qu’il soit dans le monde (selon ses dires sur la tournée 2009 avec Ray Cooper) !

Je ne sais pas s’il a eu un problème technique mais il m’a semblé chercher ses paroles au milieu de la chanson. Puis, il m’a semblé improviser pour combler !

« THE ONE » il se le joue solo ! Magnifique. Il a modifié le pont musical au milieu, de même que le final ! Encore plus beau !

Juste avant d’entamer « DON’T LET THE SUN GO DOWN ON ME », il nous confie que le jour précédent fut très triste pour lui car il avait apprit la mort de James Gondolfini, acteur américain immensément connu pour la série "Soprano" ! Comme souvent, dans pareil cas, il lui dédiera ce titre.

A la fin de ce dernier, le signal est lancé. Je bondis du mieux que je pus de mon siège pour me précipiter au devant de la scène et trouver un point de vue intéressant afin de pouvoir  filmer et prendre quelques photos. Je commence à filmer et, puisque tout le monde semble faire de même, que la sécurité ne nous dit rien, je continuerai et ce jusqu’à la fin du concert !

                                                               

Malheureusement, je suis placé juste à côté d’un retour. De ce fait, le son enregistré en est perturbé. L’image elle, est correcte même si les différentes intensité d’éclairage font patiner l’autofocus de mon téléphone portable.

Le bouquet final est représenté par « I’M STILL STANDING », « CROCODILE ROCK » (une nouvelle fois avec « LA MARSEILLAISE » en guise d’intro) et « SATURDAY NIGHT’S ALRIGHT FOR FIGHTING »

A l’issue, Elton quitte la scène brièvement. D’où je suis, je peux assister à la chaleureuse accolade qu’il donne à John Jorgenson. Moment très sympathique ! Puis, il remonte sur scène pour une traditionnelle séance d’autographes !

Il s’adresse, une dernière fois, en nous affirmant et nous remerciant (et je crois sincère parce que cela ne ressemble pas à ses discours formatés) ; qu’il avait adoré jouer du piano pour nous, qu’il ressentait l’amour qu’on lui donnait »

Pour le rappel, il interprète « YOUR SONG » et « CIRCLE OF LIFE » en solo.

                                                

Il est 22 h 39 lorsque qu’Elton quitte définitivement la scène (et tout aussitôt le Zénith de Caen).

La set list est ultra conventionnelle et pourtant, le sentiment qui m’anime et partagés par les fans, est d’avoir assisté à un grand concert !

Le niveau et l’intensité n’a pas baissé pendant les deux heures et trente-cinq minutes qu’a duré le spectacle !

J’entendais, de-ci de-là, de nombreuses personnes bluffées par une telle énergie et une telle longueur de show pour son âge (66 ans !)

Le temps ne semble pas avoir d’âge sur lui !

Il est certain que nous certainement bénéficié de circonstances favorables. Ce n’est que le début de la tournée européenne, après un mois de repos ! L’énergie est là et la voix est parfaite, pas éraillée. Qu’en sera-t-il fin juillet ? Je l’espère toujours au top pour toutes celles et ceux qui assisteront à ces concerts!

Il ne se ménage pas. Le lendemain, il s’envolait pour le Danemark, le surlendemain pour l’Irlande et après, un break de quelques jours, c’est vers l’Estonie qu’il doit poser son jet !

Il l’a dit clairement, il n’a jamais été aussi heureux qu’en ce moment, il aime ses deux fils, son partenaire, il a un (super ?) album prêt à sortir le 16 septembre ; la vie est belle et lui donne des ailes ! Je lui souhaite longue vie et une belle décennie

Allez Elton, on se dit rendez-vous dans dix ans, même jour, même heure, même salle !!!

                                                                                   

SET LIST

THE BITCH IS BACK 

BENNIE AND THE JETS

GREY SEAL

LEVON

TINY DANCER

HOLIDAY INN

BELIEVE

MONA LISA AND MAD HATTERS 

PHILADELPHIA FREEDOM 

GOOD BYE YELLOW BRICK ROAD 

ROCKET MAN 

HEY AHAB 

« I GUESS THAT’S WHY THEY CALL IT THE BLUES

FUNERAL FOR FRIEND

LOVE LIES BLEEDING 

ALL THE YOUNG GIRLS LOVE ALICE

SAD SONG 

DANIEL 

SORRY SEEMS TO BE THE HARDEST WORD

THE ONE 

DON’T LET THE SUN GO DOWN ON ME 

I’M STILL STANDING 

CROCODILE ROCK

SATURDAY NIGHT’S ALRIGHT FOR FIGHTING 

 

YOUR SONG 

CIRCLE OF LIFE 

Vidéos : Ici ou

Retrouvez moi sur :

www.christopheletellierphotos.com ou sur Facebook